À l’ouverture de la conférence de presse ce 8 novembre 2018 à Paris, Muriel Vayssier, chef du département de la santé animale de l’institut de recherche, écarte le dogmatisme en quelques mots. « Les antibiotiques sont utiles, il ne faut pas les supprimer. » Les chercheurs se penchent ainsi sur les alternatives dans la mesure où elles permettront de rendre moins fréquents et plus ciblés les traitements...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
10%

Vous avez parcouru 10% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !