« Le repli des importations résulte surtout de moindres achats de fruits à l’Espagne et à l’Italie, souligne le ministère dans la note diffusée ce 8 novembre 2018. À moindre niveau, les achats de graines oléagineuses sont de plus en retrait depuis l’Amérique, le Brésil, les États-Unis et le Chili. »

Les légumes compensent

En revanche, les exportations de céréales vers l’Union européenne fléchissent, « en dépit de ventes fermes à l’Allemagne, à l’Italie et à l’Irlande ». Ce recul est compensé en valeur par une hausse des expéditions de légumes.

Les nouvelles sont moins encourageantes pour le secteur agroalimentaire. « Après un premier recul en juillet, les exportations diminuent à nouveau en septembre. L’excédent se réduit en conséquence, car les importations sont pratiquement stables depuis juin. »

La baisse des ventes à l’étranger touche d’abord les boissons, notamment le vin vers les États-Unis, le Canada, la Chine, le Japon et la Suisse, et les eaux et boissons sans alcool vers l’Union européenne, la Belgique notamment, et les États-Unis.

Repli des exportations de sucre

« À un moindre niveau, des replis interviennent également pour les livraisons de sucre blanc à la Belgique et à la Mauritanie, et celles de produits de la boulangerie et de viande et produits à base de viande aux pays de l’Union européenne. »

Quant aux importations, le ministère souligne les « moindres approvisionnements en produits à base de cacao depuis la Côte-d’Ivoire, en café depuis la Suisse et en viande et produits à base de viande depuis l’Union européenne, la Nouvelle-Zélande et le Maroc. »