Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Sénalia reprend des couleurs

réservé aux abonnés

Céréales - Sénalia reprend des couleurs
Gilles Kindelberger, directeur général de Sénalia. © F. Melix/GFA

Avec un exercice compliqué, celui de 2017-2018 est une « année de reprise » pour le groupe qui exploite des terminaux céréaliers et agro-industriels sur le port de Rouen.

Comme beaucoup d’entreprises du secteur agricole, l’exercice 2017-2018 renoue avec une activité normale après la campagne de 2016-2017 décevante. « Les tonnages manutentionnés progressent ainsi de 23 % pour s’établir à près de 6 millions de tonnes (Mt) », a indiqué Gilles Kindelberger, directeur général de Sénalia, lors de la réunion qui a suivi les assemblé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
17%

Vous avez parcouru 17% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Comme beaucoup d’entreprises du secteur agricole, l’exercice 2017-2018 renoue avec une activité normale après la campagne de 2016-2017 décevante. « Les tonnages manutentionnés progressent ainsi de 23 % pour s’établir à près de 6 millions de tonnes (Mt) », a indiqué Gilles Kindelberger, directeur général de Sénalia, lors de la réunion qui a suivi les assemblées générales à Paris le vendredi 11 janvier 2019. Le chiffre d’affaires de ce groupe qui exploite les terminaux portuaires céréaliers et agro-industriels sur le port de Rouen est de 30,8 millions d’euros (M€), en progression de 20 %, tirant le résultat net du groupe à plus de 1,6 M€.

Trois portiques et deux partenariats

Trois chantiers ont marqué l’année pour Sénalia :

  • Le remplacement des portiques de chargement à Grand-Couronne qui a coûté 11,5 M€ à Sénalia et 9 M€ au Grand Port maritime de Rouen (voir l’encadré). Si la cadence de chargement reste à 3 000 t/h, la mobilité des portiques et le quai plus long permettent d’accueillir de plus gros bateaux (type Panamax) et de réduire leur temps à quai de 30 %. « C’est ainsi le terminal le plus performant d’Europe au service de la production française », relève Gilles Kindelberger.
  • Le nouveau partenariat avec le silo Lecureur qui est « une véritable opportunité pour notre filière de l’exportation », selon Thierry Dupont, le président de Sénalia.
  • La prise de participation dans la société Magestiv, commissionnaire de transport logistique, au côté de la Scael. « L’objectif est de développer la logistique massifiée dans le transport ferroviaire, mais également dans le transport fluvial. Réduire les coûts logistiques au profit des adhérents et des agriculteurs, reste la volonté de Sénalia », a martelé Thierry Dupont.
Florence Mélix

Baisse du tarif de chargement à Grand-Couronne
Les trois nouveaux portiques de Grand-Couronne. © Sénalia

Avec le remplacement des portiques de chargements à Grand-Couronne, le site a dû fermer ses portes de septembre à janvier. « Nous avons donc mis en place des actions commerciales et des baisses de tarif du fobbing [frais de chargement, NDLR] pour attirer le maximum de tonnage juste avant la fermeture en juillet et août », explique Gilles Kindelberger.

« Nous sommes donc passés de 3,50 €/t de fobbing à 1,5 €/t, ce qui nous a permis de rentrer 900 000 tonnes de céréales en deux mois, contre 500 000 à 600 000 habituellement. » Entre septembre et décembre, « seules » 900 000 tonnes de céréales ont été chargées sur d’autres sites.

« Il y avait de la demande mondiale mais les OS ont fait de la rétention, regrette le directeur général qui leur demande de vendre régulièrement afin de « lisser au maximum la logistique ». 1 800 000 tonnes de céréales ont donc été chargées au début de janvier sur les 4 millions de tonnes d’objectif en fin de campagne.

Depuis janvier, le tarif du fobbing est revenu à la normale et le site de Grand-Couronne devrait être à nouveau opérationnel « au plus tard le 1er février », a-t-il précisé.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Les polluants dans le sol

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le coût des fournitures en Viticulture et oenologie 2019

25,32€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Productivité de l'herbe

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER