C’est en légumes que la chute a été la plus significative avec un chiffre d’affaires de 159 millions d’euros (M€) contre 170 M€ en 2017. En revanche, le pôle horticole a maintenu un chiffre d’affaires de 35 M€ face à un marché pourtant difficile.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
27%

Vous avez parcouru 27% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

C’est en légumes que la chute a été la plus significative avec un chiffre d’affaires de 159 millions d’euros (M€) contre 170 M€ en 2017. En revanche, le pôle horticole a maintenu un chiffre d’affaires de 35 M€ face à un marché pourtant difficile.

En légumes, trois produits ont particulièrement souffert : le chou-fleur, l’échalote et l’artichaut.

Le chiffre d’affaires du chou-fleur a atteint 24,4 M€ (net producteur), en baisse de 23 % par rapport à l’année précédente. « Les Espagnols se sont tournés petit à petit vers le chou-fleur et petit à petit ils nous ont grignoté des parts de marché », a regretté Jean-Michel Peron, secrétaire général de la coopérative lors d’une conférence de presse.

« Ça a été une très, très mauvaise campagne » en artichauts, a-t-il également regretté, évoquant une baisse de 30 % du chiffre d’affaires à 8,2 M€. En cause, le froid tardif à la fin de février et au début de mars 2018.

L’échalote a dévissé encore davantage avec un chiffre d’affaires divisé par quatre, à 3,7 M€. « La moyenne des cinq dernières années est mauvaise, l’année dernière tout particulièrement », a souligné Marc Keranguéven, président de la Sica, déplorant des prix « absolument dérisoires ».

La production bio a, quant à elle, continué à se développer avec un chiffre d’affaires en hausse de plus de 3 M€ à 8,5 M€ et des volumes multipliés par quatre (7 232 tonnes). À la fin de 2018, 39 producteurs étaient certifiés bio et 7 en conversion. Ils n’étaient que deux en 2007.

En horticulture d’ornement, la situation a également été contrastée d’une activité à l’autre, avec une forte chute en fleurs coupées, une baisse sensible en plantes fleuries, mais une hausse de 4 % en plantes pépinières (18,4 M€).

La Sica, dont le siège est à Saint-Pol-de-Léon (Finistère), compte 850 producteurs et 650 exploitations. Elle emploie quelque 120 salariés.

AFP