« Les deux parties vantent cet événement comme un succès », ont affirmé les analystes de CHS Hedging. À l’issue d’une ultime demi-journée de négociations imprévue suivant deux jours de rencontres entre émissaires des deux pays à Pékin, les marchés ont applaudi cette nouvelle tentative de règlement des différends commerciaux entre les deux pays.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« Les deux parties vantent cet événement comme un succès », ont affirmé les analystes de CHS Hedging. À l’issue d’une ultime demi-journée de négociations imprévue suivant deux jours de rencontres entre émissaires des deux pays à Pékin, les marchés ont applaudi cette nouvelle tentative de règlement des différends commerciaux entre les deux pays.

Peu d’avancées pourtant

Les éléments de réjouissance étaient pourtant peu nombreux à l’issue de cette rencontre. Un communiqué officiel des Américains n’a fait que récapituler les points de négociation retenus par le président Donald Trump et son homologue Xi Jinping le 1er décembre au cours de leur rencontre de Buenos Aires.

Du côté chinois, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a affirmé que les deux parties prenaient « très au sérieux » le dernier épisode de tractations de deux jours et demi. « Il se dit que la Chine et les États-Unis vont faire une annonce commune, cela devrait avoir lieu jeudi », a affirmé Steve Georgy, de la maison de courtage Allendale, ajoutant que malgré une avancée lente dans ce dossier, « on sent de l’optimisme » sur les marchés.

Les achats chinois de soja scrutés

L’un des éléments les plus surveillés est la quantité de soja que Pékin va désormais acheter après avoir boudé l’oléagineux américain durant plusieurs mois. Le communiqué officiel américain a affirmé que les discussions se sont notamment « concentrées sur les engagements de la Chine à acheter un montant substantiel de produits agricoles » aux États-Unis.

Il est toutefois difficile de mesurer les potentiels progrès réalisés pour le moment, les États-Unis subissant mercredi leur dix-neuvième jour de fermeture partielle des administrations, le « shutdown ». Cette paralysie empêche la publication de statistiques du ministère américain de l’Agriculture (USDA) sur les ventes des États-Unis à l’étranger.

Le shutdown entretient le doute

« On est toujours dans le noir », a résumé Steeve Georgy. Au lendemain d’un discours solennel depuis le Bureau ovale, au cours duquel il a usé d’un ton dramatique, tentant de rallier coûte que coûte les Américains à son projet sécuritaire phare, Donald Trump ne semblait guère plus avancé pour mettre fin au bras de fer avec les démocrates.

Le maïs a de son côté également avancé en raison du retour du froid et de la neige attendus à l’est du Mississippi dans les dix prochains jours, a observé Mike Zuzolo, de Global Commodity Analytics.

Le recul du dollar, au plus bas depuis la mi-octobre face à un panier de six devises concurrentes, a également favorisé mercredi les matières premières agricoles américaines dans la mesure où celles-ci sont rendues plus attractives pour les investisseurs munis d’autres monnaies.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, contrat le plus échangé, a terminé mercredi à 3,8200 dollars, contre 3,8000 dollars mardi à la clôture.

Le boisseau de blé pour mars, également le plus actif, a fini à 5,2000 dollars contre 5,1775 dollars la veille.

Le boisseau de soja pour mars, le contrat le plus échangé, a clôturé à 9,2400 dollars contre 9,1850 dollars mardi.

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé toujours dans le vert

Les prix du blé étaient en légère hausse, vendredi, au terme d’une semaine qui a vu les céréales reprendre un peu de la valeur qu’elles avaient perdue ces derniers temps.