Les émissions mondiales d’ammoniac liées aux activités humaines, dont l’élevage intensif, seraient largement sous-estimées, selon des chercheurs du CNRS et de l’université libre de Bruxelles. Les scientifiques ont utilisé un outil développé par le Centre national d’études spatial, qui, embarqué à bord de trois satellites, mesure différents composés atmosphériques, dont...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
25%

Vous avez parcouru 25% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !