Dans un communiqué du 8 novembre 2018, la FFCB « se félicite de la prise de conscience de l’ensemble des acteurs réunis le 7 novembre (FNPL, Coop de France, FNSEA, SDVF, DGAL) ». Elle annonce « qu’il a été acté, dès à présent, que la désinsectisation de tous les veaux [destinés à l’exportation ou à l’engraissement en France] dès la naissance...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
31%

Vous avez parcouru 31% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Dans un communiqué du 8 novembre 2018, la FFCB « se félicite de la prise de conscience de l’ensemble des acteurs réunis le 7 novembre (FNPL, Coop de France, FNSEA, SDVF, DGAL) ». Elle annonce « qu’il a été acté, dès à présent, que la désinsectisation de tous les veaux [destinés à l’exportation ou à l’engraissement en France] dès la naissance soit réalisée par l’éleveur, avec attestation signée par ce dernier ».

La FFCB rappelle « sa volonté d’une démarche commune avec l’ensemble des acteurs de la filière pour obtenir la vaccination généralisée du cheptel contre la FCO, lorsque les éléments concernant la mise en place de la nouvelle loi de santé animale seront connus. » Ce devrait être le cas en mars 2019. « Il est probable que cette nouvelle loi amène la suppression des accords bilatéraux, estime Gérard Poyer, le président de la FFCB. Dans tous les cas, ils sont temporaires. »

Pédagogie

« Nous avons appelé à l’arrêt de la collecte des petits veaux pour faire prendre conscience aux éleveurs que les négociants ne peuvent pas assumer seuls la mise en conformité des animaux avec les exigences des pays importateurs, rappelle Gérard Poyer. L’exportation est indispensable pour l’équilibre du marché. À certaines périodes, c’est un petit veau sur deux qui est valorisé sur ce débouché. »

Par ailleurs, la FFCB est en discussion avec les services de l’État sur une éventuelle prise en charge des frais de PCR. Concernant les broutards, la fédération « recommande que seuls les animaux valablement vaccinés contre la FCO fassent l’objet d’une commercialisation à l’exportation. »

V.S.