« Il y a vingt et un députés, une sénatrice et une secrétaire d’État à avoir signé ou approuvé cette campagne de communication aux côtés du lobby végan, qui n’est qu’un faux-semblant écologique et dont l’unique but est la destruction de notre modèle agricole et gastronomique », dénonce la CFBCT dans son communiqué de presse diffusé ce 10 ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
44%

Vous avez parcouru 44% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« Il y a vingt et un députés, une sénatrice et une secrétaire d’État à avoir signé ou approuvé cette campagne de communication aux côtés du lobby végan, qui n’est qu’un faux-semblant écologique et dont l’unique but est la destruction de notre modèle agricole et gastronomique », dénonce la CFBCT dans son communiqué de presse diffusé ce 10 janvier 2019.

Une nouvelle stigmatisation

Pour les bouchers, cet appel est une nouvelle stigmatisation de leur profession mais aussi des éleveurs et des consommateurs de produits carnés. « Une faute politique grave qui ne pouvait rester sans réponse de notre part, insiste la CFBCT. C’est pourquoi nous avons écrit aux élus signataires. Nous attendons désormais des explications. »

« Fort heureusement, les Français ont horreur qu’on leur dicte ce qu’ils doivent faire, poursuit la CFBCT. Gilets jaunes, lundi vert… les 18 000 artisans bouchers du territoire invitent tous leurs compatriotes à savourer en ce début d’année un des morceaux les plus tendres du boeuf : la poire. À consommer bleue, bien évidemment ! »

(1) Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs.