« Chaque éleveur qui est concerné par le recouvrement, et qui nous a sollicités suite à nos nombreuses relances, a toujours bénéficié d’une solution de règlement […] comme par exemple d’étaler le règlement des sommes dues, assure Jean-François Tréguer, le président de GDS Bretagne. Chaque éleveur a pu à de nombreuses reprises revenir vers nous pour trouver cette solution, soit à la faveur d’une visite de son conseiller, d’un contact téléphonique avec nos antennes, et la dernière alerte, a été réalisée par SMS, avant la suspension de l’impression des documents sanitaires. »

« Ne laisser aucun éleveur surpris »

« Nos moyens ont été déployés pour ne laisser aucun éleveur surpris car non informé ou non accompagné », ajoute-t-il. Il affirme que « même si les cartes vertes ne sont plus imprimées la gestion des prophylaxies est en effet toujours assurée pour protéger l’élevage breton de tout risque sanitaire collectif. Quelle organisation, entreprise ou association comme GDS Bretagne, ferait assumer à ses clients la prise en charge financière et technique d’une mission réalisée auprès d’autres clients qui refusent de payer ? »

I.L.

(1) Retrouvez ici l’article concernant les revendications de la FRSEA et de JA Bretagne