« La communication de L214 est d’autant plus percutante que la préoccupation alimentaire émerge, et que la société fonctionne aujourd’hui sur le mode de la défiance, de l’indignation et de l’invective », explique Amaury Bessard, de l’Agence Shan, auteur de l’étude « L214 : les ingrédients d’une communication explosive » réalisée en mai 2018...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« La communication de L214 est d’autant plus percutante que la préoccupation alimentaire émerge, et que la société fonctionne aujourd’hui sur le mode de la défiance, de l’indignation et de l’invective », explique Amaury Bessard, de l’Agence Shan, auteur de l’étude « L214 : les ingrédients d’une communication explosive » réalisée en mai 2018 avec Olivier Cimelière de Saper Vedere. Depuis deux ans, L214 multiplie les attaques et a mené 19 « campagnes ».

Une méthode en trois étapes

Selon les experts, la force de L214 réside dans une méthode efficace, en trois étapes :

  • Des contenus à fort impact émotionnel et visuel accompagnés de contenus rationnels rassemblés au sein d’une plateforme digitale affectée à chaque campagne ;
  • L’utilisation de porte-parole et d’ambassadeurs diversifiés du milieu du spectacle et de non-spécialistes ;
  • La négociation des exclusivités médiatiques avec la presse lors du lancement des campagnes, avec Le Monde et Le Parisien notamment.

Une méthode bien huilée, qui fonctionne, mais qui pourrait un jour lasser ces mêmes médias qui leur ont donné de la visibilité.

Comment répondre à leurs attaques ? Faire le dos rond d’abord

Quand L214 filme un dysfonctionnement, dans un élevage ou un abattoir, il n’est pas possible d’arriver à se justifier dans l’immédiat, explique Amaury Bessard. La tactique serait plutôt de déporter le débat, et de donner des arguments plus tard quand l’émotion sera retombée. Surtout, ne pas alimenter la polémique. Si des éleveurs réagissent mal, parce qu’ils se sentent « victimes », ils passeront aux yeux du grand public pour des « bourreaux ».

Sophie Bergot

(1) Syndicat des rédacteurs techniques de la presse agricole.