La France parmi les bons élèves ? Avec un prix moyen de 367 €/1 000 litres pour le mois de novembre contre une moyenne de 361 €/1 000 litres en Europe (voir ci-dessous), la France fait parti des 21 pays européens ayant connu une hausse par rapport au mois précédent (+0,1 %) et des quatre seuls pays témoignant d’une augmentation par rapport à novembre 2017 (+1 %). L’Hexagone se positionne...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

La France parmi les bons élèves ? Avec un prix moyen de 367 €/1 000 litres pour le mois de novembre contre une moyenne de 361 €/1 000 litres en Europe (voir ci-dessous), la France fait parti des 21 pays européens ayant connu une hausse par rapport au mois précédent (+0,1 %) et des quatre seuls pays témoignant d’une augmentation par rapport à novembre 2017 (+1 %). L’Hexagone se positionne également parmi les six plus fortes hausses du prix du lait (+5,5 %) par rapport à la moyenne des cinq dernières années pour le mois de novembre.

© Commission européenne

Les plus grosses progressions du prix du lait entre octobre et novembre 2018 sont attribuées à l’Irlande, qui atteint les 390 €/1 000 litres, l’Espagne, la Lituanie et le Portugal. À l’inverse, Maltes connaît un net recul de l’ordre de 6 %.

Net recul par rapport à novembre 2017

Par rapport à novembre 2017, la grande majorité des pays sont en nets reculs et notamment l’Allemagne avec une chute du prix du lait à hauteur de 8 % ce qui l’amène à 371 €/1 000 litres en novembre dernier.

Chypre et Malte enregistrent encore une fois des prix du lait supérieurs à 500 €/1 000 litres en novembre tandis que la Bulgarie, la Lettonie et la Hongrie restent en dessous du seuil des 310 €/1 000 litres.

Année record pour la poudre de lait

La progression continue de la cotation de la poudre de lait écrémé en Europe sur toute l’année 2018 a permis, à la mi-décembre, de recoller au seuil d’intervention avec un cours à hauteur de 1 690 € la tonne, soit une hausse de 15 % par rapport à décembre 2017.


Les stocks de poudre, alors de l’ordre de 380 000 tonnes en janvier 2018, étaient descendus à 220 000 tonnes en novembre. Deux ventes records, en décembre et en janvier, ont permis d’abaisser le stock à 20 000 tonnes aujourd’hui. Les exportations européennes de poudre de lait en octobre 2018 ont augmenté de 40 % par rapport à la même période en 2017 à destination, majoritairement, de l’Algérie et de la Chine.

Le prix du beurre poursuit sa baisse et s’est stabilisé autour des 4 620 € la tonne en décembre, toujours devant les niveaux enregistrés en Océanie et aux États-Unis. La Nouvelle-Zélande, premier bassin d’exportation, a vu ses ventes internationales progresser de plus de 10 % entre janvier et octobre 2018.

Du côté des fromages, les cours restent stables. Le vieux continent maintient sa position de plus gros bassin d’exportation, comme pour la poudre maigre.

Alexandra Courty