« Nous avons redit au Président notre déception concernant la loi issue des États-généraux de l’alimentation après le discours de Rungis. C’est une loi sans contrainte, sans outils pour une réelle répartition de la valeur », déclare Nicolas Girod, secrétaire national de la Confédération paysanne, à la suite d’un entretien avec Emmanuel Macron, qui recevait les responsables...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !