L’année 2018 a été difficile pour le marché du tracteur. Ce sont les espaces verts et les tracteurs étroits qui trinquent le plus. Ils subissent respectivement des chutes de 35,4 % et 27,5 % de leurs immatriculations par rapport à 2017. Pour les tracteurs standards, les immatriculations passent de 22 483 en 2017 à 21 123 en 2018. Le recul de 6 % est donc plus faible mais la baisse est bien réelle. Seuls les chargeurs...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
46%

Vous avez parcouru 46% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

L’année 2018 a été difficile pour le marché du tracteur. Ce sont les espaces verts et les tracteurs étroits qui trinquent le plus. Ils subissent respectivement des chutes de 35,4 % et 27,5 % de leurs immatriculations par rapport à 2017. Pour les tracteurs standards, les immatriculations passent de 22 483 en 2017 à 21 123 en 2018. Le recul de 6 % est donc plus faible mais la baisse est bien réelle. Seuls les chargeurs télescopiques affichent une hausse de 4,7 %, avec 162 unités de plus que l’année précédente.

Un marché difficile

Sur les quatre dernières années, la baisse est 14,9 % sur les tracteurs standards. Depuis 2015, le marché des tracteurs standards a perdu 3 720 unités. Sur la même période, les immatriculations des tracteurs enjambeurs ainsi que des chargeurs télescopiques évoluent peu avec des chiffres qui se maintiennent.

En espaces verts, la dégringolade est à nuancer. En effet l’année 2017 avait été exceptionnellement favorable. Au regard des quatre dernières années, les chiffres de 2018 de ce secteur sont supérieurs à ceux de 2015 et 2016.

Pierre Peeters