« Et toi tu arrives avec tes gros sabots installer une grosse verrue dans le paysage. Un poulailler industriel polluant qui n’a rien à faire au sein d’une station balnéaire. » Cette lettre insultante est arrivée au début de septembre dans la boîte aux lettres de Guillaume Le Bian, un jeune homme souhaitant installer un nouvel atelier de volailles de plein air sur les terres de sa famille à Carantec (Finistère), anciennement...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
9%

Vous avez parcouru 9% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !