« À la manière d’une tapette à souris !, décrit Alain Champrigaud, responsable du service du développement territorial de la chambre d’agriculture de l’Aude. Nous utiliserons de la nourriture pour attirer et capturer les sangliers. »
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !