La création d’un chemin doit-elle se faire au détriment des intérêts de l’exploitant ? Au vu de la relation construite entre la commune de Parfouru-sur-Odon et Arnaud Harel, ces derniers vous diront que non. Le Centre communal d’action sociale (CCAS) loue 9 ha de terres, au cœur de la vallée de l ’Odon, à l’éleveur laitier installé en agriculture biologique. Appliquant les conditions du bail notarié...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !