Que deviennent les « terres à élevage », quand l’élevage disparaît ? « Des zones à sangliers et renards », suppose Jean-Claude Villas, qui voit déjà se développer des friches. Installé en Gaec avec son épouse à Courties, dans le Gers, il élève 100 vaches et leur suite sur 170 ha, dont 110 ha de prairies. Leurs 15 000 € d&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !