Eux n’ont jamais perçu l’ICHN. Ils n’ont pas les plus mauvais sols, les plus fortes pentes, les plus petites parcelles ni les plus faibles montants de DPB. Pas les pires conditions, donc. Mais pas les meilleures non plus. Le premier achat de leur Cuma a été un broyeur à cailloux, leurs sols hétérogènes ont des potentiels allant de 40 à 80 q/ha, une partie de leurs prairies est en pente, et une autre si réguliè...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !