Abandon. Trahison. Des mots qui reviennent sur les lèvres des éleveurs que nous avons rencontrés ces dernières semaines. Ceux qui, cinq ans après l’euphorie du discours de François Hollande à Cournon (1), ont appris qu’ils allaient perdre toutes les indemnités censées compenser les contraintes de leur territoire. Ces handicaps, qu’ils soient naturels ou réglementaires, n’ont pas disparu. Mais ces exploitants...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
1%

Vous avez parcouru 1% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !