« Je fabrique du matériel depuis l’âge de 13 ans »
/
  • À seulement 18 ans, Paul Champouillon fils d’éleveurs laitiers de Roville-devant-Bayon (54) a déjà construit des piques-bottes, des fourches à ensilage, un vibroculteur et un déchaumeur à dents.

  • Paul construit des fourches à ensilages selon les spécifications de sa clientèle. L’écartement et le nombre de dents varient en fonction du type d’ensilage (herbe ou maïs). Cette fourche offre une alternative au godet classique.

  • Paul a construit son premier pique-bottes à l’âge de 13 ans. Celui-ci est plus récent et a été soudé au Mig. Il permet d’embarquer 2 x 2 bottes.

  • Le soir, Paul fabrique les fourches à ensilage commandées par ses clients. Il a converti l’atelier de l’exploitation en atelier de construction.

  • Paul s’est équipé d’une scie à ruban acheté d’occasion. Sur les étagères, il stocke les profilés d’acier reçus de ses fournisseurs.

  • Ce vibroculteur est sa première réalisation d’envergure. Son père lui a prêté main-forte en réalisant les plans à partir d’un vibroculteur Costa.

  • Ce vibroculteur embarque six rangées de dents. Il a été construit en 2015 et a réalisé toutes les reprises de labour depuis.

  • Ce déchaumeur est la dernière réalisation de Paul. Son objectif avec cet outil était de montrer qu’il est possible de réaliser des outils de qualité avec peu de moyens.

  • Paul souhaitait construire un déchaumeur de 5 mètres repliable. Il a finalement opté pour un modèle de 3,50 m à châssis fixe en raison du poids élevé de l’ensemble, autour de 3 tonnes. Le châssis en acier HLE propose des poutres en 100x100 pour une épaisseur de 8 mm.

  • Paul a monté des pointes avec des plaquettes composite carbure-acier proposées par Ferobide. Elles ont la particularité de pouvoir être soudées.

  • Les dents du déchaumeur sont montées sur des vérins, qui assurent l’effacement en présence d’obstacles. Paul a opté pour un grand dégagement sous bâti et entre les rangées de dents afin de travailler en présence de débris végétaux.

  • Derrière les trois rangées de dents, Paul a monté une herse à paille, moins coûteuse que des disques. Pour le rouleau, Paul a choisi un packer afin d’obtenir un bon émiettement des mottes.

  • Une astuce de Paul : il a remonté des prises électriques pour l’éclairage sur tous les tracteurs de la ferme, afin d’avoir une solution solide qui dure de nombreuses années.